Marie des grèves ....

LES USA BLOQUENT ENCORE .....

Selon Reuter

LES ÉTATS UNIS BLOQUE LA RESOLUTION DE LA LIBYE à L'ONU
par Louis Charbonneau

NATIONS UNIES (Reuters) - Les Etats-Unis se sont opposés dimanche à la tentative de la Libye de persuader le Conseil de sécurité de l'Onu d'appeler à un cessez-le-feu immédiat à Gaza, où Israël a lancé samedi soir une vaste offensive terrestre.

L'ambassadeur français Jean-Maurice Ripert, qui préside actuellement le Conseil de sécurité, a indiqué au sortir de la réunion de quatre heures à huis clos qu'"il n'y a(vait) pas d'accord, mais des convergences sérieuses pour exprimer une profonde inquiétude" à propos de la crise.

Parmi ces "convergences" entre les membres du Conseil figure la nécessité d'un cessez-le-feu immédiat et permanent et d'une amélioration de la situation humanitaire, a ajouté Ripert.

L'ambassadeur britannique John Sawers s'est pour sa part dit "très déçu" par l'incapacité du Conseil à se mettre d'accord sur une déclaration.

Le refus américain d'approuver la demande de trêve formulée par la Libye a réduit l'effort de Tripoli à néant, ont indiqué plusieurs diplomates à Reuters. Les décisions du Conseil de sécurité doivent être prises à l'unanimité.

Le document libyen exprimait "une grave inquiétude face à l'escalade de la situation à Gaza, en particulier depuis le lancement de l'offensive terrestre israélienne".

Le texte appelait également l'ensemble des parties "à observer un cessez-le-feu immédiat et à "cesser immédiatement toute activité militaire".

Le représentant américain, Alejandro Wolff, a déclaré qu'il était inutile de formuler des déclarations que le Hamas, qui a décidé unilatéralement le mois dernier de mettre fin à une trêve de six mois, ne ferait qu'ignorer.

"Je pense qu'il ne serait en rien positif pour le Conseil de publier des déclarations qui ne seront pas respectées", a estimé Wolff, avant d'ajouter: "L'autodéfense d'Israël n'est pas négociable."

"LOI DE LA JUNGLE"

Israël a lancé samedi soir une offensive terrestre dans la bande de Gaza, après une semaine de frappes aériennes, afin de mettre fin aux tirs de roquettes des activistes palestiniens.

L'observateur permanent de l'Autorité palestinienne à l'Onu, Riyad Mansour, a déclaré à la presse qu'il était de la responsabilité du conseil "de forcer Israël à obéir et à arrêter immédiatement son agression".

"L'Etat d'Israël ne peut pas continuer à se comporter comme s'il était au-dessus du droit international. C'est la loi de la jungle", a-t-il ajouté.

Au cours de l'année écoulée, la Libye et les Etats-Unis se sont heurtés à plusieurs reprises au sujet du conflit israélo-palestinien, et Washington s'est souvent efforcé d'écarter le sujet du programme des débats.

La délégation américaine a insisté à plusieurs reprises pour que toute déclaration ou résolution du Conseil sur le conflit à Gaza affirme que le Hamas est un groupe terroriste s'étant emparé du pouvoir légitimement détenu par l'Autorité palestinienne.

L'opposition de Tripoli à une telle formulation place de fait le Conseil dans l'impasse.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé à la fin immédiate des opérations terrestres à Gaza, a fait savoir le service de presse de l'Onu dans un communiqué.

Lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre israélien Ehud Olmert, Ban a fait part de son "extrême inquiétude et de sa déception", indique le communiqué.

Le président de l'Assemblée générale de l'Onu, le Nicaraguayen Mihuel d'Escoto Brockmann, a qualifié l'opération terrestre israélienne de "monstruosité".

Il a également accusé Washington d'aider Israël en sapant la capacité du Conseil à intervenir dans la crise.

Louis Charbonneau, version française Gregory Schwartz


Des responsabilités clairement établies.


04/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres