Marie des grèves ....

dépendance : assurance privée ????

Nicolas Sakozy relance l'assurance dépendance privée pour financer la dépendance

5ème risque social

Avant de présenter les mesures de son plan de lutte contre la maladie d'Alzheimer, le 21 septembre, le président de la République a défini, mardi 18 septembre, "un nouveau droit à la protection sociale commun à toutes les personnes en situation de perte d'autonomie, handicapées et personnes âgées dépendantes".

M Sarkozy a fixé les conditions de prise en charge de ce "cinquième risque social" qui pourrait "prendre en compte de manière plus juste les capacités contributives des personnes, ainsi que leur patrimoine". Sans en préciser les modalités, le chef de l'Etat entend pouvoir élargir à d'autres ressources que les seuls revenus la prise en charge de personnes assurées par les collectivités.

M. Sarkozy reconnaît ainsi que le système de protection sociale n'y suffira pas. Y compris avec la création des nouvelles franchises médicales prévues dans le prochain budget à partir du 1er janvier, qui devrait rapporter 850 millions de francs. "Il s'agit de développer l'assurance individuelle contre le risque de dépendance", a-t-il indiqué, en préconisant que "les investisseurs privés doivent investir davantage".

Pour le chef de l'Etat, "la dépendance des personnes âgées est le plus souvent un risque assurable qui peut être couvert par des produits financiers innovants". Et il suggère que "ces produits d'épargne longue pourront être fiscalement avantagés".

Cet appel à des financements diversifiés vise aussi la prise en charge des "personnes les plus fragiles". M. Sarkozy veut ainsi "offrir une aide à l'acquisition de la couverture complémentaire plus généreuse et plus étendue qu'aujourd'hui". La relance de cette mesure aux effets limités est une manière d'enterrer le projet de "bouclier sanitaire" défendu par Martin Hirsch, haut-commissaire aux solidarités actives, en faveur des personnes dont les revenus dépassent de peu le plafond de la couverture-maladie universelle.


REACTIONS ....SANS SURPRISE !!!

 

La FFSA se félicite de l'"ouverture intéressante" de Sarkozy

 Nicolas Sarkozy a pratiqué "une ouverture intéressante" en suggérant que le risque de dépendance des personnes âgées soit en partie couvert par l'assurance privée, a déclaré mardi 18 septembre Gérard de la Martinière, président de la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA).

"Il y avait un risque, de notre point de vue, que l'on parte sur une démarche tout sécu, tout public", a estimé M. de la Martinière, en référence au chantier de la cinquième branche de la Sécurité sociale, consacrée à la dépendance et voulue par le président de la République.

Une approche "qui aurait ignoré le fait que le risque de dépendance est déjà couvert par le marché de l'assurance et la véritable nature du risque, qui est un risque croissant de long terme qui ne peut pas être couvert par un dispositif de répartition", selon lui.

"C'est l'occasion d'avoir une véritable réflexion sur les mérites respectifs des systèmes publics et des dispositifs de marché, de façon à ce qu'on tire le meilleur parti des deux", a estimé le président de la FFSA, ajoutant qu'"il y a une complémentarité à trouver".  

La Fnath fustige une "privatisation de l'assurance dépendance"  

L'association Fnath, qui regroupe des associations de personnes handicapées, a fustigé mercredi une "privatisation de l'assurance dépendance", après le souhait exprimé mardi par Nicolas Sarkozy de renforcer l'assurance individuelle en matière de dépendance. "La privatisation de l'assurance dépendance" peut "s'avérer dramatique pour les revenus modestes pour lesquels une incitation fiscale ne présente aucune utilité et constitue la première étape vers une remise en cause de l'ensemble de notre protection sociale", a déclaré la Fnath (Fédération des accidentés de la vie) dans un communiqué.

 La Fnath, qui revendique près de 200.000 adhérents, "rappelle son opposition aux franchises médicales" et note que "les victimes de risques professionnels" verront ainsi "leur droit à la gratuité des soins remis en cause".  "La Fnath ne partage pas la vision qui considère la dépendance des personnes âgées et handicapées comme un +bien marchand+ alors qu'il s'agit d'un risque majeur qui doit être pris en charge par la solidarité nationale, essentiellement au sein de la sécurité sociale", ajoute le communiqué.  




26/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres