Marie des grèves ....

retraite : un trac "parlant" !

VIVE LA RETRAITE !

En reculant l'âge de la retraite, on se trompe d'époque !

A quoi sert notre production de biens et de services ? A répondre aux besoins matériels et culturels des femmes et des hommes ! Tout au long de la vie, nous alternons des périodes de travail et de non-travail. La société reconnaît désormais la nécessité de se reposer avec les congés payés, de se soigner avec les congés maladies, de faire des enfants et de s'en occuper avec les congés maternité et paternité, de se former avec les congés forma-tion...Chacune de ces périodes de non travail a son utilité sociale.

La retraite aussi a son utilité sociale autant que personnelle !

Au lendemain de la Libération le pays est en ruine. C'estpourtant à cette époque que l'on crée la sécurité sociale qui sera un facteur déterminant de développement de la société en permettant à chacun d'accéder aux soins quelques soient ses moyens. Aujourd'hui la productivité du travail voisine -dépasse selon certaines études- celle des USA. C'est à dire que nous produisons toujours plus en moins de temps, avec un bien meilleur système de protection sociale que les USA.

C'est grâce à notre système solidaire que nous sommes collectivement productifs !

Denis Kessler, ancien n°2 du Medef, déclare pourtant, ni plus ni moins, qu’il est « nécessaire » (pour qui ?) de « sortir du compromis social issu de la Libération », celui-là même qui a permis au pays de se relever . Contrairement à ce qu’il dit,nous ne sommes pas les gardiens d'un temple sacré qui ne permettrait plus à notre pays de s'adapter aux « nouvellesexigences ». Nous le disons haut et fort : Même l'efficacité économique appelle la retraite à 60 ans !

Les nouvelles exigences qu'il faut satisfaire c'est de travailler mieux, de libérer plus de temps pourdes activités personnelles, culturelles, sociales,solidaires...

Les salariés qui partent à la retraite avant d'être épuisés laissent la place aux jeunes qui se sont appropriés les dernières connaissances et les cultures les plus récentes. Les« anciens » peuvent transmettre utilement des expériences professionnelles et sociales et s'orienter vers de nouvelles activités qui participent tout autant, mais différemment, à la vie collective. Partir à la retraite dans de bonnes conditionest aussi un élément de motivation au travail.

La finalité de la société n'est pas de faire travailler les gens mais de permettre qu'ils se réalisent en tant qu'êtres humains.Nous avons toutes les raisons de soutenir lescheminots !

Ils tiennent tête à Sarkozy, quelques mois seulement après son élection. La forte mobilisation du 18 octobre ouvre de nouvelles perspectives. L'anesthésie des luttes sociales dans le public et le privé aura été de courte durée. Des convergences se développent malgré les efforts phénoménaux du gouvernement et des médias pour diviser les salariés. Les cheminots seraient des privilégiés ?! Cette affirmation est un honte, venant de ceux qui bénéficient depuis l'élection de Sarkozy de tous les cadeaux fiscaux !

En 2008 s'ouvrent de nouvelles négociations sur les retraites après les réformes de 1993 et de 2003. La réforme des régimes spéciaux anticipe celle du régime général. Objectif du gouvernement: 41 annuités pour tous en 2012 et poursuivre sans fin le recul de l'âge de la retraite. Les travaux du Conseil d’Orientation desRetraites montrent pourtant le très faible impact de ces réformes sur les comportements réels de départ enretraite. Les travailleurs partent le plus tôt possible en subissant une perte de pension alors que de nombreux retraités sont déjà dans une situation de grande précarité.

Quel que soit notre secteur nous travaillerionsde plus en plus et les richesses que nous produisons nous reviendraient de moins enmoins !

Le gouvernement joue la provocation contre les cheminots en comptant sur l'exaspération des « clients »que nous sommes. Mais ce qui nous exaspère c'est l'état des trains de banlieue, c'est la priorité donnée de plus en plus aux voyageurs « professionnels », en oubliant les usagers du quotidien, c'est l'augmentation du prix des transports sous couvert de modernisation, c'est l'injustice de la tarification !

En défendant leur système de retraite, en défendant leur travail, les cheminots défendent aussi la qualité de ce qui fut un grand service public et risque de ne plus l'être longtemps si nous laissons faire.

Mettons à contribution les profits, les placements financiers, les fortunes, exigeons le remboursement des dettes des grands groupes à l'égard de la sécurité sociale,et ouvrons une nouvelle négociation pour repenser les périodes de travail et de non-travail à partir de ces exigences, pour une réforme qui garantisse le droit à une retraite permettant de vivre dignement, prenant en compte les nouvelles pénibilités et alignant les régimes par le haut.

Régimes spéciaux, régime général, tous ensemble pour défendre les retraites, tous ensemble pour de nouvelles conquêtes sociales.

contact.communistes.unitaires@gmail.com www.communistesunitaires.net



14/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres